Si vous avez honte de votre accent en anglais, écoutez ceci !

Dans cette vidéo, je vais vous donner des conseils pour que vous n’ayez plus honte de parler en public à cause de votre accent en anglais.

Transcription texte de la vidéo:

 

Salut, c’est Aurélien ! Hi, it’s Aurelien !

Sur cette vidéo, j’aimerais vous expliquer pourquoi vous ne devriez plus avoir honte de votre accent en anglais.

Ça c’est ma femme qui s’est barrée.

Donc, je sais qu’il y a beaucoup de gens qui sont un petit peu gênés par leur accent en anglais et du coup qui n’osent pas vraiment parler et puis du coup c’est un petit peu un cercle vicieux, c’est-à-dire qu’on ne se sent pas à l’aise, du coup on ne parle pas, du coup on ne fait pas de progrès et du coup on ne se sent pas toujours à l’aise et puis du coup on ne progresse pas et c’est un petit peu le cercle vicieux.

Aujourd’hui, j’aimerais essayer de vous aider grâce à cette vidéo à sortir de cette situation.

Je vais vous expliquer un truc très simple dont on n’a pas forcément conscience quand on débute, quand on complexe, c’est peut être votre cas, vous ne vous sentez peut être pas forcément à l’aise en anglais et c’est tout à fait normal, mais il faut que je vous explique plusieurs choses.

La première chose c’est que déjà vous devez être décomplexer, c’est-à-dire, vous, vous n’êtes peut être pas très fort pour parler anglais, mais croyez bien que un anglophone, un Américain, un Anglais, ces gens qui sont comme vous, qui sont même encore moins doués pour les langues, vous allez aux États-Unis, il y a quand même beaucoup d’hispanophones, moi je parle espagnol, je vais souvent aux États-Unis et ils ne sont pourtant pas forcément très souvent capables de parler espagnol, alors que des hispanophones, il y en a partout autour d’eux, alors que vous n’avez pas forcément pleins d’Anglais autour de vous, donc il n’y a vraiment pas de raison pour complexer et ils le savent très bien.

Et si vous parlez avec un Anglais ou avec un Américain et que votre accent n’est pas excellent, très honnêtement, ils ne vont jamais, c’est des gens, enfin, moi je trouve les anglophones, c’est une culture quand même qui est similaire, que ce soit les Anglais, les américains et les Australiens, il y a quand même des similarités, j’ai voyagé dans ces trois pays, j’ai vécu en Australie, c’est des gens qui sont en général très courtois, très polis au premier abord, au deuxième abord aussi, mais au premier abord les anglophones et ils ne se moqueront jamais de vous et ils ne vous feront jamais de remarque désagréable, au contraire, ils vont toujours trouver ça plaisant le fait que vous essayez, que vous fassiez un effort.

Alors, après le premier problème c’est que moi, ça m’est arrivé, quand j’étais gamin, mon père m’emmenait à New York et j’avais tellement un accent mauvais que je me souviens la serveuse ne comprenait pas et ce n’est pas de la mauvaise volonté puisque on pense que c’est de la mauvaise volonté, etc., et c’est que des années plus tard que j’ai eu une amie Américaine à Paris et un jour je l’avais au téléphone et elle parlait en français, mais bon, elle ne parlait pas très bien et c’est là où j’ai percuté que… et je lui ai fait répéter plein de fois un mot, je crois que c’était la Seine, elle disait «  le saiiine ou le saiinaii », je ne sais plus, mais je n’arrivais à comprendre et c’est là où j’ai réalisé que quand il y a une trop grosse différence entre le mot, tel qu’il est prononcé et tel que vous le prononcez, votre cerveau ne fait pas le rapprochement et du coup, vous n’arrivez pas à comprendre ; donc, ce n’est pas de la mauvaise volonté, c’est juste que parfois effectivement.

Il n’y a pas de souci, il suffit de répéter.

Ensuite, ce qu’il faut comprendre, c’est que par exemple, quand vous êtes aux États-Unis, il y a une culture de l’immigration aux États-Unis qui est très… l’immigration fait vraiment partie de l’histoire des États-Unis, vous avez eu des vagues comme ça d’arrivée, vous avez eu des Italiens, des Polonais, des Irlandais, ces gens qui ont construit le pays, qui font partie de l’histoire, sur la côte est, à Boston, il y a beaucoup d’Irlandais, beaucoup de Polonais, après évidemment au XXème-XXIème siècle, qu’il y a beaucoup de Latinos qui y sont arrivés, Mexicains, Cubains, Portoricains, donc, Portoricains on dit en français, « Portoricano » en espagnol, « Portoricans » en anglais.

Donc, si vous voulez, il y a une culture, il y a une tradition comme celle de l’immigration, donc il y a vraiment une certaine tolérance.

Et d’ailleurs, je ne sais pas si c’est lié, mais la langue anglaise, les gens ont une certaine, sont beaucoup plus souples avec leur langue que nous, on l’est avec la nôtre, avec le français ; enfin, ce n’est pas forcément lié, mais en tout cas, moi je pense que c’est  le cas.

Donc, tout ça pour vous dire qu’il n’y a aucun souci et la troisième chose, le troisième conseil, c’est que comme dans toute situation, si vous n’êtes pas à l’aise, il suffit de le dire, vous dites « sorry, my English is not great », « I’m sorry, I’m not great at talking in English, I’m a beginner », vous voyez, vous dites je ne suis pas très bon pour parler anglais, je suis un débutant.

Il n’y a pas de souci, les gens ne vont pas vous sauter dessus, au contraire, ça va les attendrir et ils vont être touchés un petit peu de votre sincérité, du fait que vous êtes en train de faire des efforts encore une fois, très souvent, eux-mêmes, ils ne sont pas vraiment bons pour parler une langue, ils ne vont pas vous en vouloir et ça devrait très bien se passer.

Donc, mon conseil encore une fois c’est de profiter dès que vous avez l’occasion, dès que vous rencontrez des gens qui sont anglophones, Canadiens, Américains, Anglais, Australiens, Néo-zélandais, on les oublie souvent ceux-là, ils sont un petit peu à l’autre bout du monde, mais profitez-en puisqu’en plus, c’est sympa, on se fait des amis et ça vaut vraiment le coup et il n’y a aucune raison de complexer.

Écoutez, si vous voulez plus de conseils gratuits pour apprendre l’anglais chaque semaine, j’ai une newsletter, j’envoie des conseils par e-mail chaque semaine, c’est gratuit, tout ce que vous avez à faire c’est de vous inscrire en cliquant en-dessous de cette vidéo.

À très bientôt ! Bye bye, see you soon !

Plus d’articles pour améliorer votre prononciation en anglais :

3 conseils pour améliorer votre prononciation en anglais

Comment améliorer votre prononciation en anglais

7 tongue twisters pour améliorer votre prononciation anglaise

Comment prononcer « cotton » (= coton) en anglais

Comment apprendre et améliorer sa prononciation en anglais grâce à la musique ?

Prononciation anglaise : Comment prononcer « Iron » en anglais

Prononciation anglaise : comment prononcer Where et Were en anglais

Prononciation anglaise, pourquoi reconnait-on si facilement les français ?

Mieux comprendre l’anglais : les différents accents

Prononciation anglaise : l’ERREUR que vous ne DEVEZ PAS commettre

Comment améliorer son accent en anglais

 

Effets du Kamagra connu depuis l’Antiquité. Dans le passé, les gens utilisés pour augmenter la puissance du kamagra. Il est un excellent moyen d’augmenter leur estime de soi. Kamagra peut provoquer les effets indésirables sur le système nerveux central. En influençant sur le SNC, le Kamagra peut provoquer le mal de tête et le vertige.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *